Conseils entretien d’embauche : présenter ses expériences avec la méthode de l’entonnoir

Conseils entretien d’embauche : présenter ses expériences avec la méthode de l’entonnoir

Les ingénieurs jeunes diplômés (et même les moins jeunes !) ont parfois du mal à structurer leur présentation en entretien. On présente une première expérience technique, on explique qu’on est très motivé à l’idée de rejoindre l’entreprise chez qui on a postulé, on passe à une seconde expérience, on fait une parenthèse sur un projet scolaire… bref, ça part un peu dans tous les sens !
Pour remédier au problème, Sébastien nous présente la méthode de l’entonnoir.

Entretien d'embauche, la méthode de l'entonnoir

 

 

De nombreux ingénieurs ont des difficultés à structurer leur présentation en entretien d’embauche

Q : Sébastien, imaginons que tu démarres un entretien d’embauche avec un ingénieur jeune diplômé. Quelle première question vas-tu lui poser ? En général, je vais lui demander de me présenter son parcours.

Q : Et là, comment faut-il te répondre ? Il n’y a pas de règle absolue. Néanmoins, j’ai constaté que de nombreux ingénieurs jeunes diplômés ont du mal à structurer leur présentation. Je sens qu’ils aiment la technique, qu’ils sont dynamiques, qu’ils ont envie de me convaincre de les embaucher, ce qui est très positif bien entendu ; mais ça peut parfois partir un peu dans tous les sens…

La méthode de l’entonnoir : pour bien se présenter, quelle que soit l’offre d’emploi

Q : Que leur conseilles-tu pour éviter ça ? Une méthode qui fonctionne bien s’appelle la technique de l’entonnoir. Prenons l’exemple d’une expérience professionnelle. On commence par parler de l’entreprise, puis du service dans lequel on était intégré et enfin de ce qu’on y a fait. Cela donne donc :
« A la fin de ma dernière année d’école d’ingénieur, de février à septembre 2016, j’ai effectué mon stage de fin d’études chez Nom de l’Entreprise, spécialisée dans les solutions électroniques pour l’aéronautique. J’étais sur le site de Toulouse, qui emploie 300 salariés, intégré au sein du service de conception hardware, dirigé par M. Dupont, mon maître de stage. Au sein de son équipe composée de 10 ingénieurs, j’avais pour responsabilité de concevoir une carte électronique nécessaire au fonctionnement de tel équipement. A partir d’une spécification rédigée par l’équipe, j’ai saisi le schéma, suivi le placement routage réalisé par un sous-traitant, puis je me suis occupé des tests. »
Q : Et là, tu reprends la main ? Pas nécessairement. Avec la méthode de l’entonnoir, j’ai un premier niveau d’information clair et concis, donc je vais souvent laisser le candidat enchaîner avec la présentation de son expérience suivante, par ordre chronologique inversé. Et ainsi de suite. Q : Et quand vas-tu lui poser des questions ? Même si je ne m’interdis pas de l’interrompre, je vais souvent attendre qu’il ait terminé de présenter son parcours, après dix-quinze minutes par exemple. Je vais alors revenir en arrière, afin de creuser certains points techniques. Par exemple, je vais lui demander le nombre de couches de sa carte électronique, ainsi que le nom des principaux composants utilisés. Cela me permet d’engager une discussion technique et de voir comment il réagit.

En entretien d’embauche, commencer par présenter les éléments objectifs (le parcours) avant d’aborder les éléments subjectifs (la motivation)

Q : A quel moment le candidat doit-il parler de sa motivation à l’idée de rejoindre l’entreprise ? Pour moi, mieux vaut attendre d’avoir terminé de présenter son parcours, de manière factuelle, pour passer à la seconde phase de l’entretien, durant laquelle l’ingénieur va pouvoir mettre en avant sa motivation. Il va par exemple dire :
« Comme vous l’avez vu, j’ai un beau parcours, mes expériences n°1 et n°3 m’ont bien préparé au poste que vous proposez. Le premier projet décrit dans votre annonce m’attire beaucoup pour telle et telle raison. De plus, j’ai très envie de rejoindre votre entreprise car etc. ».
Ainsi, on ne mélange pas trop tôt les éléments objectifs (la présentation du parcours) et les éléments subjectifs (la motivation pour le poste et l’entreprise).

Conseils aux étudiants ingénieurs : s’entraîner aux entretiens d’embauche par petits groupes

Q : Un dernier conseil? Pratiquer ! Les étudiants ingénieurs encore à l’école / l’université peuvent se retrouver à 2 ou 3 pour « rôder » leurs présentations, entre eux, dans un esprit convivial et constructif bien entendu.
C’est très formateur de voir comment les autres se présentent, cela permet d’interroger ses façons de faire, et cela donne des pistes d’amélioration.
Réussir un entretien d’embauche, ce n’est pas inné, ça s’apprend !

Site carrières d'ELSYS Design

Découvrir nos dernières offres d'emploi dans le domaine de la conception des systèmes électroniques