Témoignage Métier Ingénieur Conception Carte Electronique

Témoignage Métier Ingénieur Conception Carte Electronique

A l’issue de son apprentissage chez ELSYS Design, Pierre est devenu ingénieur conception carte électronique. Véritable passionné des systèmes électroniques depuis le plus jeune âge, Il nous présente son parcours et son métier, qu’il exerce actuellement dans le domaine du spatial.

Ingénieur conception carte électronique
Crédits photo : Pixabay

Sa formation : BTS systèmes électroniques, diplôme d’ingénieur de l’ESIEE Paris

Q : Peux-tu nous présenter ton parcours ? J’ai suivi un BTS systèmes électroniques à l’IUT de Cachan, puis j’ai intégré l’ESIEE Paris (Ecole supérieure d'ingénieurs en électrotechnique et en électronique), avec pour spécialité l’« électronique pour les transports ». Il s’agit d’un cursus destiné à enseigner l’électronique dans le ferroviaire, l’avionique, l’automobile, mais également le transport de données courte et longue distance en télécom (ex : protocole Bluetooth ou GPS). C’est une formation assez généraliste du métier d’ingénieur électronicien. L’une de ses particularités est qu’on la suit en apprentissage. Moi, j’étais en contrat d’apprentissage chez… ELSYS Design. Une fois mon diplôme de l’ESIEE Paris obtenu, j’ai voulu poursuivre l’aventure dans l’entreprise que je connaissais, depuis 3 ans déjà : pour son fonctionnement et (surtout) pour ses membres ! Q : Pourquoi as-tu fait le choix de l’apprentissage ? Cette voie me correspondait mieux, car étant issu d'une filière technique (BTS), je ne voulais pas perdre le côté apprentissage par la pratique de mes précédentes études ; en filière continue, il y a moins de pratique et plus de théorie. Cela me permettait d’avoir une certaine autonomie financière également. Enfin, j’avais envie de rentrer dans le monde du travail assez rapidement : j’avais fait un stage dans le cadre de mon bac STI, un autre avec mon BTS, donc j’avais déjà un peu d’expérience ; j'étais attiré par le monde professionnel.

Le métier d’ingénieur conception carte électronique

Q : Ingénieur conception carte électronique, ça consiste en quoi ? Je conçois des cartes électroniques numériques, multiprocesseurs, multi FPGA, c'est-à-dire que je crée un schéma puis une carte à partir d'un cahier des charges, actuellement dans le domaine du spatial. Q : Peux-tu nous présenter un projet type ? Oui. D’abord, le client nous envoie une première spécification et nous réalisons une réponse à appel d’offres présentant l’architecture envisagée de la carte électronique et les principaux composants associés.
Si l’architecture leur plaît, on passe à la phase de conception du schéma : c’est ici que j’interviens, en transformant une architecture fonctionnelle en schéma. Pour que ce schéma soit validé, je fournis tout un ensemble de documents (BoM, spécification etc.).
Une fois le tampon du client obtenu, on lance la partie routage avec parfois l'aide d'un sous-traitant comme dans mon projet actuel : je m’occupe alors du suivi, pour vérifier que le routeur respecte bien mon schéma et qu’on répond bien aux exigences de la spécification, par exemple en termes de débit sur la carte électronique. En parallèle, je réalise de très nombreuses simulations de la carte elle-même pour valider, aider, ou trouver le routage adéquat.
Dans le cadre d’un projet spatial, la carte électronique est toujours fabriquée 2 fois : le premier exemplaire sert aux différents tests en laboratoire. Une fois qu’on a tout validé, on lance la production de la seconde carte. Là, on vérifie simplement que la fabrication a été réalisée proprement et on met le logiciel dedans. La carte électronique sera ensuite installée dans un satellite, qui sera envoyé dans l'espace grâce à une fusée ! C'est fou quand on y pense: le résultat de mon travail sera placé en orbite et utilisé par un grand nombre de personnes !
Q : Qu’est-ce qui te plaît dans ton métier d’ingénieur concepteur hardware ? A peu près tout ! La création, le déroulé d’un projet, le côté créatif… J’aime relever des défis techniques : par exemple, on te donne une architecture et il faut la convertir en schéma. J’aime aussi assurer le suivi de routage, car il y a un côté très humain, de vrais échanges avec les différents métiers (mécanique, thermique, etc.) en interne ou avec le sous-traitant.
On apprend de nouvelles choses tous les jours, c’est très formateur de travailler dans le spatial, il y a des contraintes particulières qui sont très intéressantes. C'est également valorisant d'être un élément actif d'un projet qui, au final, aura nécessité l'intervention de centaines de personnes, dans différents pays, entre la conception et le décollage de la fusée.
Q : L’une de tes cartes électroniques est-elle déjà dans l’espace ? Pas encore, mais bientôt… Q : Tu ressens une forme d’excitation ? Bien sûr. C’est tellement précis, on n’a pas le droit à l’erreur. C’est le mot d’ordre dans le spatial, car une fois la carte électronique dans l’espace, on ne peut plus la redescendre, elle doit marcher à 100%. C’est un défi intéressant, vraiment sympa.

Passionné des systèmes électroniques

Q : Comment as-tu découvert le métier d’ingénieur concepteur carte électronique ? Depuis bien longtemps. J’ai vraiment choisi cette voie, ce n’est pas le fruit du hasard. Dès la sortie du collège, j’ai fait un BEP systèmes électroniques. Ca me plaisait vraiment. Q : D’où vient ta passion pour l’électronique ? C’est venu très jeune, avec un train électrique, des voitures radiocommandées que je bidouillais, j’ajoutais des LED etc. Q : Et pourquoi la carte électronique ? Pour le côté fabrication. La programmation en C ou en VHDL est intéressante aussi, mais l'aspect matériel, concret, est moins présent. Quand une carte électronique sort de l’usine, c’est le résultat du schéma que j’ai pensé. Un code dans un FPGA, on ne le voit pas, sauf si tu as une interface graphique bien entendu. Enfin voilà, c’est le côté matériel qui me plaît. Q : Rencontres-tu des difficultés particulières dans ton métier ? Le respect des deadlines, ce n’est pas évident. Il faut apprendre à bien s’organiser dans son travail : je suis encore junior dans le monde de l’entreprise, ce n’est pas une chose innée.

Ses conseils pour devenir concepteur carte électronique

Q : As-tu des conseils à donner à un étudiant en école d’ingénieur ou à l’université qui voudrait devenir concepteur carte électronique ? S’il / elle veut vraiment faire de la carte électronique, du hardware, la voie de l’apprentissage est très valorisante, elle permet de se former au métier, mais également aux relations humaines qui sont particulièrement importantes dans mon domaine. Tu fais valider ton travail par des ingénieurs plus expérimentés, tu suis le travail du routeur etc.
L’apprentissage est vraiment intéressant pour ça ; et puis, bien sûr, cela permet d’avoir une certaine expérience au moment d’entrer sur le marché du travail. C'est un atout important et recherché par les entreprises.

Ingénieur conception carte électronique chez ELSYS Design

Q : Tu as fait ton apprentissage chez ELSYS Design et tu es aujourd’hui ingénieur conception carte électronique. Que peux-tu nous dire de ton expérience dans l’entreprise ? Ce que j’aime chez ELSYS Design, c’est le côté relationnel, humain. Nous ne sommes pas dans une société trop grosse, où on risque d’être noyé dans la masse.
Autre avantage, ELSYS Design est positionné comme un spécialiste, il y a beaucoup d’ingénieurs très qualifiés dans quasiment tous les métiers des systèmes électroniques. Quand une entreprise partenaire a besoin d’une expertise précise, elle la trouve chez ELSYS Design.

Exemples de projets en conception de cartes électroniques chez ELSYS Design

  • Conception de calculateurs de vol
  • Démonstrateur POC (Proof of Concept) sur de nouvelles technologies
  • Conception de systèmes communicants dans le domaine médical
  • Obsolescence de cartes, notamment pour des projets avioniques

Site carrières d'ELSYS Design

Découvrir nos dernières offres d'emploi, notamment en conception de cartes électroniques

Un grand merci à Pierre pour son témoignage !
Concepteur carte électronique