Entretien d’embauche : conseils pour réussir

Entretien d’embauche

Sortir du cadre de l’entretien d’embauche

« Pour réussir votre entretien d’embauche, amis ingénieurs, pensez à sortir du cadre ! »
Nous sommes souvent tentés, recruteurs comme candidats, d’installer un cadre très formel lors des entretiens d’embauche. Nos conventions, souvent héritées de l’éducation de notre société, nous conduisent à prendre une attitude qui minimise tout risque. De plus, de très nombreux conseils sont dorénavant accessibles sur la toile, au risque de cadrer encore plus l’entretien. Pourtant, le recrutement est la rencontre de 2 personnes qui doivent s’apprécier tant pour leur savoir-faire respectif que pour leur savoir-être. La meilleure approche consiste donc à être soi-même, quitte à sortir du cadre habituel !

Entretien d'embauche

Ce billet est issu de réflexions et d’échanges de Yohan Harroch  avec de futurs cadres encore en formation. Notamment par manque d’information, la perception de l’entretien est souvent disproportionnée alors que c’est une simple rencontre qui permettra d’évaluer des chances de collaboration selon 5 critères : Savoir-faire / Savoir-être / 1 lieu / 1 moment / 1 salaire. Lorsque l’équation est résolue entre le candidat ET l’entreprise : il y a un contrat.

Entretien d’embauche et stress

Nous l’avons tous vécu dans notre vie : le stress ! Nous sommes dans l’attente et l’appréhension face à la nouveauté. Souvenez-vous qu’un entretien est avant tout un échange. Comme à chaque réunion, le mieux est d’ouvrir par une présentation. Les plus téméraires pourront débuter en remerciant de l’accueil et/ou en rappelant le contexte, puis en se présentant de façon synthétique. N’est-il pas plus simple d’échanger avec une personne qui s’est présentée à vous ?
Vous préférez laisser parler votre interlocuteur en premier. Montrez que la patience est votre vertu. Inutile de vouloir combler un vide. Tout vient à point à qui sait attendre ! Votre image et votre stature n’en seront que renforcées.

Objectif de l’entretien

Sachez que chaque personne, de part et d’autre de la table, a le MÊME OBJECTIF : allons-nous signer un contrat de travail ? Pour rappel, ce ne sera pas la conclusion d’une mais de 2 décisions des 2 personnes concernées. Ces décisions seront issues de 2 questions : m’a-t-il séduit ? m’a-t-il convaincu ?
Si vous vous demandez quel sera le regard de votre interlocuteur, pensez que lui aussi se pose la même question. C’est le jeu de l’entretien. Inutile de vouloir porter tout le poids de l’entretien puisqu’il est partagé. Vous avez le droit de poser toutes les questions qui vont permettront de tenir VOTRE OBJECTIF.

Entretien d’embauche : bien répondre aux questions

Vous êtes dans une phase de l’entretien durant laquelle votre recruteur vous pose des questions pour évaluer votre niveau de compétence. Vos possibilités de réponses ne doivent pas se cantonner à « la première réponse intuitive ». Vous pouvez faire préciser la question si vous n’êtes pas sûr de la réponse à apporter.
Vous avez le moindre doute sur la qualité de votre réponse ? Demandez-le simplement.

Cela aura plusieurs mérites :

  • le premier est de montrer qu’il est important pour vous de valider que votre interlocuteur vous comprend -> atout de savoir-être
  • le second sera de marquer des points si votre réponse était incomplète -> gain probable sur les questions de savoir-faire
  • le troisième sera de montrer votre attachement à la réussite de cet entretien -> gain dans l’implication de la collaboration future

Enfin, l’entretien arrive à son terme. Vous vous attendez à une conclusion et une orientation pour la suite. N’attendez jamais ! Demandez un retour sur votre prestation ! Pour le faire avec l’art et la manière, la meilleure méthode est toujours la plus simple : « Est-ce que j’ai répondu à vos attentes ? » ET « Pouvez-vous me faire un retour sur mon entretien ? ».

2 issues possibles :

  • la personne ne vous fait pas de retour détaillé ou avec une belle langue de bois parce qu’elle n’y est pas formée => Chou blanc.
  • elle se prend au jeu. A cet instant : soyez très à l’écoute ! Ne commentez pas et notez ! C’est l’occasion d’avoir un retour objectif et de noter vos axes de progrès => Vous grandissez.

Être soi-même en entretien d’embauche

Qu’est-ce qu’il va me demander ? Dois-je interrompre ? Rire ? Me montrer confiant ? Prendre la parole en premier ? Me taire pour ne pas paraître prétentieux ? ou pour ne pas dire de sottises ?
LAISSEZ TOMBER ! Vous n’avez pas de retour d’expérience après avoir passé une centaine d’entretiens. La bonne attitude est celle de votre premier jour. Vous êtes en face de votre nouveau collègue et vous allez être impliqué sur les prochains mois dans une aventure commune.
Bref, soyez-vous-même et détendez-vous !

Quelques exemples pour ne pas se cantonner au cadre, au risque d’une mauvaise interprétation :

Attitudes à éviter

  • S’il y a un malaise : continuer sans en tenir compte
  • Parler à tout prix dans les moments de vide
  • Prendre l’initiative d’une blague sans connaître son interlocuteur
  • Dissimuler de l’information :
    • Dissimuler une part de sa vie de façon tabou au profit du « je fais ce que je veux, c’est ma vie perso ! » -&; les interprétations peuvent être multiples et souvent néfastes
    • Dissimuler les difficultés affrontées qu’elles soient personnelles ou professionnelles. Elles vous rattraperont durant ou après l’entretien
  • Juger une démarche inhabituelle et ne pas jouer le jeu. (ex : des exercices techniques concrets ou au tableau)

Attitudes gagnantes

  • S’il y a un malaise : le dire et crever l’abcès
  • Se taire pour laisser le temps au recruteur de noter et/ou d’analyser
  • Rebondir sur une blague avec une anecdote ou compléter la blague
  • Si on vous y invite :
    • Raconter une part de votre vie perso (ex : un accident de la vie, une erreur de parcours, un projet fou …). Assumez vos erreurs et les difficultés rencontrées puisqu’elles sont autant de leçons de vie qui vous différencient des autres !
    • Ou raconter une part de votre vie perso que vous avez en commun avec votre recruteur (ex : hobbies, sport, histoire personnelle). Pour rappel, vous êtes déjà collègues.
  • Rentrer dans le jeu d’une démarche inhabituelle. Faites-vous plaisir ! Quelques exemples en vrac dont j’ai eu connaissance :
    • Retirez vos chaussures -> pour tester la réaction d’un commercial
    • Des questions ambiguës voire inappropriés -> pour tester la répartie et l’attitude face à un client qui demande n’importe quoi. « Les questions ne sont jamais indiscrètes. Mais parfois les réponses le sont. » O. Wilde
    • De nombreuses questions en cascade -> pour tester la capacité d’écoute, de mémorisation et d’analyse.

Parce qu’une vidéo est souvent bien meilleure qu’un long discours, j’y ajoute la campagne menée par Heineken sur le recrutement de son meilleur stagiaire :